CERN Accelerating science

CAPOI : échanger pour mieux défendre les intérêts du personnel

Deux représentants de l’Association du personnel du CERN ont participé à la 15ème Conférence annuelle des Associations du Personnel des Organisations Internationales (CAPOI) qui a eu lieu les jeudi 16 et vendredi 17 octobre dans l’un des centres de l’Agence spatiale européenne (ESA), à Frascati (Italie). La CAPOI rassemble les représentants du personnel des organisations internationales établies en Europe et les institutions comparables de la Communauté européenne afin de promouvoir et défendre les intérêts de leurs personnels. Ceci nous permet de suivre l’évolution des conditions d’emploi et sociales dans ces autres organisations. Cette année 51 délégués d’une trentaine d’organisations avaient fait le déplacement.

Les 3 thèmes de discussion abordés :

  • Méthodes d’ajustement salarial
    • présentations : Commission européenne, CERN, Conseil de l’Europe et la Fédération des associations des fonctionnaires internationaux (FICSA).
  • Evaluation des performances
    • présentations : Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), Banque centrale européenne (BCE), Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (ICTY).
  • Renouvellement et formation des représentants du personnel
    • présentations : Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), CERN, Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques (EUMETSAT).
Les délégués au travail Joël présente

La réunion a débuté avec le suivi de la 14ème conférence en octobre 2013 à Vienne et l’évolution des thèmes qui y étaient discutés : la pension, la médiation en cas de harcèlement et les horaires à la carte (« légitime »).

La première session formelle était dédiée aux méthodes d’ajustement des salaires. Les présentations ont montré que chaque Organisation traite ces ajustements différemment. Par exemple, à la Commission européenne il existe un prélèvement de solidarité de 6 % appliqué à tous les salaires dans le but de participer à l’effort de la crise dans les pays européens. Cela cache clairement une intention d’économies des pays membres. Dans la plupart des Organisations l’index du coût de la vie est appliqué aux salaires. Il existe toutefois des différences dans le traitement d’un index négatif, qui est appliqué tel quel dans certains cas, ou gardé en mémoire dans d’autres pour compenser plus tard un index qui redevient positif. Le débat qui a suivi a montré une tendance claire de la part des États membres de remettre en question l’application quasi-automatique de cette indexation sous couvert de modernisation. Plus généralement, un autre problème commun évoqué était la difficulté de recruter certaines catégories professionnelles et certaines nationalités (par exemple, des pays nordiques). Cette situation génère des déséquilibres.

Le lendemain, la  matinée a été consacrée à l’évaluation des performances. Partout les grands principes d’évaluation des performances sont semblables à ceux utilisés au CERN. Par contre, nous avons appris que le Conseil de l’Europe a récemment mis en application l’évaluation à 360o (l’évaluation du superviseur par ses supervisés). Beaucoup d’Organisations ont du mal à évaluer la performance et beaucoup de collaborateurs restent frustrés dans leur travail.

La dernière session parlait des représentants du personnel. Toutes les organisations ont une Association du personnel pour représenter les membres du personnel, mais plusieurs ont des difficultés à se faire reconnaître par leur Direction comme un vrai partenaire social. Contrairement au CERN, les activités des délégués dans le cadre de leur mandat de représentant du personnel ne sont souvent pas reconnues comme dans l’intérêt de l’Organisation et ne peuvent de ce fait pas être effectuées pendant les heures de travail. Par exemple, à la BERD les 14 délégués volontaires s’occupent des questions de l’Association du personnel en dehors du temps officiel de travail. Joël Lahaye a expliqué qu’au CERN les  45 délégués au Conseil du personnel consacrent au moins 10 % de leurs temps de travail à leur fonction de délégué. Mais le plus important est que l’Association du personnel du CERN soit un partenaire social reconnu dans la concertation avec la Direction et les États membres, où les trois parties se rencontrent dans un forum tripartite (TREF) pour débattre de questions de conditions d’emploi. Ce qui n’est pas le cas dans les autres Organisations, où les représentants du personnel n’ont qu’un rôle consultatif.

Point commun avec les autres organisations, nous avons la difficulté à recruter de nouveaux délégués, les former et les motiver afin qu’ils puissent assurer la pérennité de l’Association. En effet, une des tâches principales du délégué est la défense des intérêts du personnel devant la Direction dans les domaines juridique et social. Cela demande engagement, intégrité, détermination, courage, indépendance d’esprit et un sens fort de la solidarité.

Cette rencontre fort intéressante nous a permis d’échanger des informations avec nos collègues représentants du personnel d’autres Organisations pour mettre en commun nos diverses préoccupations afin de trouver ensemble des solutions.