CERN Accelerating science

En mémoire

Michel BOFFARD

Michel Boffard s’en est allé le mardi 8 janvier dernier dans sa 79ème année, en toute discrétion, sans prévenir quiconque, sur la pointe des pieds, comme pour ne pas déranger.

Son départ discret contraste fortement avec ce que beaucoup d’entre nous ont connu de lui. Plutôt perçu comme un garçon bouillant, râleur, soupe au lait, fâché contre l’ordre établi, il a montré souvent des côtés attachants : dévoué, caractérisé par une générosité hors du commun et une grande intelligence, tout en étant sans arrêt à remettre les choses en cause et à manier la provocation. Mais ce que ses collègues retiendront de lui c’est avant tout sa grandeur d’âme.

Nous n’avons que peu d’informations sur sa carrière au CERN, néanmoins quelques points de repères nous sont parvenus.

Entré au CERN pour travailler sur sur la vidéo du système d’accès au Booster, il a apporté́ son regard affuté sur les aspects de sécurité et de prévention en matière d’accès. Il a rejoint ensuite la section de Claude Jacot, à l’occasion du regroupement de toutes les activités de contrôle d'accès pour les accélérateurs, la surveillance des sites, le gardiennage et l'accueil, y compris les communications audio et vidéo pour toutes ces activités, au sein du groupe Monitoring et Communication (MC) de la division Support Technique (ST).

Michel, a été responsable, avec J. Barlow, des réseaux de communication comprenant les caméras, et les interphones des systèmes de contrôle d'accès et de surveillance des sites. A cela se sont ajoutés les réseaux de diffusion "Broadband CERN wide" des pages d'informations sur l'exploitation des accélérateurs PS, SPS, LEP qui étaient visibles sur de nombreux téléviseurs à travers le site.

Michel s’est investi dans toutes ces activités avec une générosité peu commune. En 1995, il a participé́ à l'élaboration des spécifications techniques, au suivi des achats et à l'installation du projet de renouvellement des communications audio-vidéo pour les accélérateurs SPS et LEP.

En 1998, il est devenu responsable des travaux de maintenance du système sécurisé d'alimentation ainsi que de la logistique d'approvisionnement et du planning d'exécution de travaux pour l'équipement des systèmes d'accès.

Durant les dernières années de son activité professionnelle, il s’est engagé́ aussi à l’Association du personnel, se faisant élire délégué du personnel. Son désir de rendre ce qui lui avait été donné dans les moments difficiles de sa vie l’a poussé́ à donner de son temps à des collègues tombés, au cours de leurs parcours professionnels, dans le besoin ou la disgrâce. Son rôle de délégué, il l’a pleinement associé à la justice et l’a mené avec passion à la réparation des préjudices. Là encore il est resté un phénomène déroutant.

Après son départ en retraite, il a gardé́ le contact avec l’Organisation, en s’engageant de nouveau au sein du Groupement des Anciens du CERN (GAC-EPA) dans plusieurs commissions -- toujours ce besoin de servir ! Au sein du GAC-EPA, il a tour à tour tenu les permanences, suivi les travaux du fonds d’entraide et participé aux travaux du Conseil du personnel.

Michel s’est encore dépensé dans nombre d’activités extraprofessionnelles, où sa générosité a fait de lui une célébrité. C’est vrai dans le volley-ball, où il a sévi en tant que joueur puis comme arbitre au sein de l’Association Genevoise, mais aussi dans le vélo. C’est aussi vrai dans son activité de guide au CERN, où sa connaissance des accélérateurs et sa gouaille à en vulgariser les aspects techniques ont fait merveille auprès du public. Dans chacune de ses activités, il a laissé́ un souvenir particulier. Dernièrement, il s’est passionné pour la calligraphie chinoise et la culture du pays du soleil levant.

Juste avant de partir, Michel était encore debout et jovial pendant une séance de chimiothérapie à l’hôpital. Michel était vraiment un personnage attachant !

Que notre affection et la paix t’accompagnent, Michel.

Bernard DUCRET