CERN Accelerating science

Le CERN, fleuron de la collaboration scientifique européenne

La création du CERN en 1954 trouve ses racines dans l’Europe renaissante d’après-guerre et dans la volonté de partager les ressources pour créer un laboratoire de physique fondamentale commun intégrant tous les pays du Vieux Continent. Cette vision humaniste a été portée par plusieurs prix Nobel. L’Organisation incarnait alors la définition même de la « science pour la paix ». La science fondamentale n’obéit pas dans son principe à la notion d’utilité. Pourtant, très nombreuses sont les retombées qui ne répondent pas à l’objectif primaire du chercheur, mais en sont les conséquences directes ou indirectes.

La recherche fondamentale attire vers la science les innovateurs de demain

Par sa politique de transfert de connaissances, le CERN contribue depuis toujours à la formation de centaines d’étudiants, de doctorants et d’enseignants de la communauté scientifique. Par ses propres développements et sa politique de transferts technologiques, le CERN a offert au monde économique et industriel quelques-unes des plus importantes technologies de pointe actuelles. Citons, par exemple, la mise au point des techniques d’accélération et de détection des particules qui ont trouvé des applications en médecine (radiobiologie, production de radionucléides, scanners TEP et TEP/IRM, hadrothérapie). Le World Wide Web a révolutionné la manière de communiquer et de faire du commerce à travers le monde. Aux avant-postes de la technologie de l’information, les grilles de calcul ont déjà trouvé des applications dans les domaines de l’observation de la Terre, les prévisions climatiques, l’exploration pétrolière et la recherche pharmaceutique.

Donner au CERN les moyens de ses ambitions

La recherche fondamentale joue un rôle vital dans notre monde de concurrence car elle établit des fondations durables pour l’innovation, principale force motrice de développement et de prospérité. En particulier, les avancées technologiques issues du CERN permettent à l’industrie européenne de créer des emplois à forte valeur ajoutée et de générer de la croissance.

Pourtant, comment le CERN peut-il continuer à remplir ses multiples missions si nos États membres ne lui en donnent pas tous les moyens nécessaires ? La recherche fondamentale ne peut pas progresser avec des ressources de plus en plus diminuées. Elle a besoin d’une stabilité financière en concordance avec ses projets qui souvent s’inscrivent sur plusieurs décennies.

Suivant la Stratégie européenne de la physique des particules définie par le Conseil en 2013, la première priorité de l’Organisation pour les prochaines années est l’exploitation optimale du LHC avec les investissements pour lancer le projet du HL-LHC qui sont à faire dès maintenant. Une diminution du budget, comme préconisé par certains délégués, serait catastrophique pour l’avenir à long terme de l’Organisation.

Respect des engagements et des règles

Dans une approche strictement financière à court terme plusieurs délégations ont attaqué, plus ou moins explicitement, le niveau de nos salaires et, plus souvent, celui de nos pensions, en particulier en mettant en question le paiement annuel des soixante millions de francs comme contribution de l’employeur, le CERN, aux mesures équilibrées de 2010 tentant à garantir la pleine capitalisation de la Caisse de pensions à l’horizon de 30 ans. De plus, le Conseil a nommé trois experts juridiques pour étudier jusqu’où la notion de droits acquis protège le niveau des pensions des bénéficiaires (actuels et futurs) de la Caisse de pensions du CERN. Sans aucun doute avec l’intention de voir jusqu’où ils pourront couper ces prestations.

Ceci est inacceptable. Nous demandons le respect des engagements et des procédures et plus encore, le respect du personnel du CERN, ressource irremplaçable qui jour après jour fait le succès de l’Organisation et qu’il ne faut pas déstabiliser avec des initiatives inappropriées.

Il faut agir maintenant

Tous ensembles nous devons agir avec détermination avant que de néfastes décisions ne soient prises. Le Conseil du Personnel du CERN appelle toute la communauté du CERN à un rassemblement, le 18 juin prochain, afin de porter publiquement sa forte désapprobation envers cette politique budgétaire tournée vers l’austérité et les économies à court terme qui mettent en danger le devenir de notre Organisation.