CERN Accelerating science

Réunion publique du 12 juin: merci pour votre participation!

Chères collègues,

l’Association du personnel (AP) voudrait avant tout remercier les membres du personnel employés et associés qui ont participé à la réunion publique du 12 juin 2020. Nous remercions aussi chaleureusement l’équipe du service audio-visuel du CERN qui a permis d’enregistrer cet évènement que vous pouvez toujours consulter sur ce lien .

Pour donner suite aux sujets que nous avons abordés et aux questions qui ont été posées lors de la réunion, nous allons revenir dans le courant de l’été sur différents sujets.

La semaine du Conseil du CERN du mois de juin vient de se terminer et le Conseil a approuvé les thèmes de la prochaine révision quinquennale des conditions financières et sociales des membres du personnel du CERN. Cette première partie du processus de révision est l’aboutissement d’un travail de préparation et de Concertation entre la direction du CERN et l’AP. Ce travail est tout d’abord basé sur une analyse factuelle du recrutement et de la rétention du personnel du CERN sur les cinq dernières années.  En parallèle de l’étude faite par le département HR, l’Association du personnel a réalisé sa propre analyse afin d’étudier si le CERN recrutait ses employés dans tous ses États membres en conservant une répartition entre États la plus juste possible. Ce travail présenté initialement dans le cadre du Comité de Concertation Permanent (CCP) fut également présenté lors de la réunion du TREF du 31 mars 2020. L’analyse de l’AP montre une difficulté avérée et grandissante de recruter dans certains États-membres. En effet, le CERN est aujourd’hui dans une situation peu équitable où les huit pays les plus mal représentés (20% des employés) contribuent à la moitié du budget du CERN. Ce constat est partagé dans les documents de la révision quinquennale qui ont été concertés et présentés pour approbation au TREF du 18 mai. Il s’agit au total de six documents comme indiqué ci-dessous :

  • Un document d’introduction sur la revue quinquennale des conditions financières et sociales des membres du personnel du CERN ;
  • Un rapport sur les principaux marchés de recrutement des employés du CERN sur les cinq dernières années. Le rapport montre que le CERN recrute principalement dans le secteur privé de haute technologie ;
  • Un rapport présentant les données sur le recrutement et la rétention des employés du CERN pendant la dernière période de référence. Notre analyse sur ce sujet peut se résumer en quelques phrases. Les difficultés généralisées de recrutement et de rétention continuent de s'aggraver pour cinq pays, à savoir les Pays-Bas, la République Tchèque, l'Allemagne, le Danemark et la Suède. De plus le recrutement et la rétention au cours des 15 dernières années restent fragiles pour la Norvège, la Grande-Bretagne et la Slovaquie. Les politiques de plafonnement des contrats à durée indéfinie ont un impact majeur sur les questions de recrutement et de rétention, elles augmentent les difficultés de recrutement et réduisent l'expertise de pointe dans les domaines spécifiques du CERN. Améliorer les conditions salariales semble être également un bon moyen d’augmenter l’attractivité du CERN pour les personnes en provenance de ces pays-là ;
  • Un document qui décrit le processus de collection de données, qui sera réalisé par l’OCDE pour comparer nos salaires avec le secteur privé de haute technologie, comme mentionné précédemment ;
  • Un document qui décrit le processus de comparaison des conditions financières et sociales des boursiers du CERN avec les principales institutions de recherches ;
  • Le dernier document décrit les propositions de sujets que la direction du CERN souhaite inclure dans la révision quinquennale.

 

Ce dernier document a été concerté de façon plus approfondie et les propositions initiales de la direction d’inclure trois autres sujets n’ont pas trouvé le soutien de l’AP. En effet il était initialement proposé d’inclure de nouvelles mesures de diversité, mais aussi d’effectuer une révision des programmes concernant les jeunes professionnels (boursiers, PJAS, …) et également d’inclure une série de mesures visant à assouplir les conditions pour rejoindre et quitter le CERN. Motivé par l’enquête réalisée en 2019 qui démontrait l’insatisfaction du personnel par rapport aux mesures prises lors de la dernière révision quinquennale, l’Association a proposé, de son côté, d’ajouter dans le menu de la révision quinquennale une étude pour identifier et mettre en œuvre des améliorations concernant le développement de carrière. Après des nombreux échanges, la concertation a débouché sur une proposition incluant simplement, en plus de la partie obligatoire sur les salaires, une comparaison sur les mesures de diversité. La révision du programme des jeunes professionnels sera effectuée en parallèle de la révision quinquennale et un sous-groupe du CCP visant à étudier les aspects de développement de carrière, débutera à l’automne 2020. Nous reviendrons vers vous sur ces deux sujets prochainement.

Avec l’approbation du Conseil la semaine dernière, le menu de la révision quinquennale est scellé et les enquêtes de comparaisons qui ont été lancées auprès de l’OCDE fourniront leurs premières estimations dans le courant de l’été. Affaire à suivre !