CERN Accelerating science

Regardons en arrière

Le 21 mai 2015 nous fêtons les 60 ans de l’Association du personnel. Dans le premier numéro du Journal de l’Association du personnel (octobre 1955), nous trouvons quelques informations concernant les premiers mois de la très jeune Association du personnel du CERN. Il est intéressant de noter que grosso modo la structure actuelle de l’AP (noyau représentatif, clubs, activités culturelles) a été définie dès 1955.

Créer une Association du personnel du CERN

En février 1955, les membres du personnel du CERN se réunissent à l’Institut de Physique de Genève et décident de se grouper en association. Un groupe de six personnes élu se consacre à l'élaboration d'un projet de statuts et règlement intérieur.

En avril, l'Assemblée constituante adopte à l’unanimité les Statuts. L'Association existe maintenant officiellement. En juin et juillet, les scrutateurs désignés lors de la réunion d'avril organisent les élections du premier Comité, qui compte neuf membres, dont, A. Sarazin, président, T. Ball, vice-président ; J.-P. Stroot, secrétaire et R.Siegfried, trésorier.

Le 18 juillet, le Comité fixe ses objectifs immédiats, étudie les méthodes et entame ses travaux. Des commissions d'information et d'organisation sont créées. Le 5 août, le Directeur général du CERN reconnaît l'Association du Personnel comme la voie normale de consultation entre le personnel et lui. Il invite le Comité à participer à un organe mixte de consultation entre l'Administration du CERN et le personnel (il faudra toutefois attendre janvier 1962 et la 5e édition des Statut et Règlement du personnel avant que la représentation du personnel ne soit officiellement reconnue, en particulier à travers la mise en place d’un Comité de Consultation permanent).

Buts, moyens, organisation et activités

Les buts de l’Association sont multiples, mais un point essentiel est celui de promouvoir un esprit de compréhension et de collaboration réciproque entre les membres du personnel et les organismes directeurs du CERN, ainsi qu'entre les différentes personnes travaillant au CERN.

La cotisation en 1955 est fixée à 5 CHF (ce qui correspond aujourd’hui à environ 23 CHF en tenant compte de l’augmentation du coût de la vie entre 1955 et 2014).

Pour lui permettre de remplir avec efficacité les buts définis par les Statuts de l'Association, le Comité décide au cours de sa première séance de créer des commissions d’information dont la tâche est de lui fournir une large base d'information. À la suite de l'enquête auprès des membres du personnel, deux sujets d'études sont proposés : les traitements et les Statuts.

Le Comité crée aussi deux commissions d’organisation, dont le rôle est de chercher et mettre en œuvre les moyens d'améliorer les conditions de vie des fonctionnaires à Genève, sur le plan matériel et culturel. Il s’agit de la Commission des questions matérielles et la Commission des Sports.

La Commission des questions matérielles étudie tous les problèmes d'intérêt commun qui ne sont pas de la compétence des autres commissions. Par exemple, les problèmes posés par le transfert du personnel à Meyrin (restaurant, salle de repos, etc.) ; la mise sur pied d’un groupement d’achat plus complet que celui qui existait déjà. Des contacts avec les autres organisations internationales à Genève ; le divertissement, le logement et la bibliothèque circulante sont d'autres sujets importants également à l'étude.

La Commission des Sports étudie les nombreux problèmes posés par les questions sportives, en ne se limitant pas seulement d’essayer d'organiser des activités sportives pour ceux qui depuis longtemps les pratiquent, mais aussi créer un peu d’émulation parmi le personnel. En effet, beaucoup de fonctionnaires désirent pratiquer du sport, mais sont rebutés par les difficultés matérielles qu'ils rencontrent. La Commission étudie en particulier le problème d’absence d’installations sportives à Meyrin et envisagera un certain nombre de solutions transitoires. Des arrangements avec des installations à Genève ont déjà été conclus pour le football, le judo, le golf et le squash. Des contacts existent également pour le volley-ball, le basket-ball, le ping-pong, et la création d’un club de ski est envisagée. Donc, dès ses débuts, en 1955, la Commission des sports suggère que les personnes qui s’intéressent à un sport s’unissent et créent un club.