CERN Accelerating science

Clubs

Les clubs, subventionnés par l'Association et l'Administration du CERN, offrent des activités sportives, de loisirs ou culturelles, contribuant aux relations non professionnelles entre les membres du personnel de l'Organisation d'une part comme à l'intégration progressive de ceux-ci et de leur famille dans la région d'autre part.

Le personnel du CERN peut trouver dans la liste des clubs l'activité qu'il désire exercer : son sport favori ou une activité régulière de loisirs ou culturelle.

Des clubs, dont les activités ne sont pas encore dans la liste ci-dessus, peuvent voir le jour à l'initiative d'un groupement de titulaires. Le Président du Comité de coordination des clubs (CCC) se fera un plaisir de les guider et encadrer dans la démarche de création.

 

Comité de Coordination des Clubs

Les Clubs du CERN fonctionnent sous la supervision de l’Association du personnel par l’intermédiaire du Comité de Coordination des Clubs (CCC). Le Comité est composé de personnes qui connaissent le fonctionnement des clubs. Elles sont élues par les Présidents des clubs.

Le CCC, dont le président et les représentants de l’Association sont nommés par le Conseil du personnel, est chargé :

  • de la liaison entre les clubs et le Conseil du personnel,
  • de répartir les subventions allouées aux clubs par l’Association et l’Organisation,
  • de vérifier les activités des clubs (examen des comptes d’exploitation et bilans annuels),
  • d’en satisfaire les besoins (locaux, etc.) dans la mesure du possible.

Les Clubs du CERN étant autofinancés et gérés par leurs membres, conformément au droit suisse ou français, le rôle du CCC se limite à contrôler que tous les Clubs ont une structure et une comptabilité correctes.

La popularité des clubs du CERN est la preuve de leur utilité. L’absence de politique officielle de la part du CERN contraste fortement avec la situation dans les universités de la plupart des États membres, où des clubs et des installations sportives sont mis à la disposition des étudiants et professeurs. De même, légalement obligées ou selon un « gentleman’s agreement », certaines entreprises accordent un soutien financier aux clubs de leurs employés.

Les scientifiques, ingénieurs et techniciens qui viennent travailler au CERN pour leurs universités ou comme membres du personnel du CERN regrettent le manque d’infrastructure, en particulier pour les activités sportives. Sans les efforts et initiatives individuels, la survie des clubs pourrait être compromise, à cause d’un manque de locaux et de moyens financiers. La contribution financière de l’Administration du CERN et de l’Association du personnel, qui est modeste par rapport à ce qui se fait au niveau des entreprises — 30 kCHF/an chacune — est d’une importance vitale, particulièrement pour les petits clubs et pour la création de projets spécifiques.

Quelques terrains, à l’intérieur et à l’extérieur du CERN, ont été adaptés aux besoins de plusieurs clubs (football, cricket, croquet, softball et rugby), mais leur entretien pèse lourd dans le budget de ces clubs. Les locaux et les installations sanitaires représentent des problèmes récurrents : deux grands clubs ont financé leurs installations sur le site, mais d’autres sont tributaires de la bonne volonté des autorités du CERN et sont souvent déplacés sans avertissement. Quelques clubs ont dû cesser leurs activités faute de locaux convenables.

L’Association du personnel et l’Administration du CERN sont conscients de ces difficultés et du rôle important des clubs pour l’image du CERN et pour le bien-être de son personnel. Ils cherchent à établir une politique qui aidera les clubs à remplir leur rôle. Dans ce contexte, les efforts de l’Administration du CERN et du département PH (qui met à disposition des bureaux pour les visiteurs scientifiques) de reloger plusieurs clubs doivent être reconnus.